Le télescope spatial Hubble vient de découvrir qu’il existe un puissant absorbant de lumière ultraviolette à la surface de Pluton grâce à un spectrographe monté à bord du télescope spatial. Cette découverte laisserait penser à l’existence de molécules d’hydrocarbure complexes ou de nitrile à la surface de cette planète lointaine. Ces molécules ne sont ni plus ni moins que des molécules organiques, les briques du vivant ! Cette découverte a été publiée récemment dans l’Astronomical Journal par des chercheurs de l’Institut de Recherche du Sud-Ouest et de l’Université Wesleyenne du Nebraska. De tels composés peuvent être produits par une interaction entre la lumière du Soleil ou des rayons cosmiques avec la surface glacée de Pluton comprenant du méthane, du monoxyde carbone et de l’azote. C’est peut-être ce qui donne sa couleur rougeâtre à Pluton selon le  docteur Alan Stern, directeur du projet.

Vue d'artiste de la planète Pluton - NASA, ESA and G

Vue d'artiste de la planète Pluton - Source : NASA, ESA et G. Bacon (STScI)

Cette découverte est encourageante d’autant plus qu’une sonde spatiale de la NASA, du nom de New Horizons, a été lancée en 2006 et son survol de Pluton est prévu pour 2016 afin d’y étudier sa géologie, les structures en surface, la composition du sol et sa température, la structure et la composition de l'atmosphère.

Vue d'artiste de la sonde New Horizons - NASA

Vue d'artiste de la sonde New Horizons - Source : NASA

Plein de surprises nous attendent donc.

Pluton est une énigme. Aucune sonde n’y est allée à ce jour. Nous n’avons que des images floues reconstituées à partir des photographies prises par Hubble.

Pluton vu par Hubble 2010 - NASA, ESA, and Marc W

Pluton vu par Hubble 2010 - Source : NASA, ESA et Marc W. Buie (Southwest Research Institute)

La sonde New Horizons serait capable au plus proche de Pluton, soit 10 000 km, d’observer la planète avec une précision comme jamais. A cette altitude, elle pourrait distinguer des bâtiments s’il s’agissait de la Terre ! Cela sera un bon en avant par rapport à la résolution actuelle que nous avons de la planète.

Quelles surprises nous réservera la planète ? Bien plus que de la matière organique à sa surface ? Certains astronomes rêvent d’un océan sous la surface glacée de la planète et donc pourquoi pas de la vie. D’ailleurs, La NASA a bien découvert par accident avec une caméra de forage une crevette à 182 m sous la surface de la surface glacée de l’Antarctique.

Crevette découverte à 182 mètres sous la surface glacée de l'Antarctique - NASA

Crevette découverte à 182 mètres sous la surface glacée de l'Antarctique - Source : NASA

La même idée d’océan souterrain ou d’immenses poches d’eau souterraines sous une surface glacée est présente pour certains satellites de Jupiter (Encelade, Europe, Ganymède et Callisto), certains satellites de Saturne (Titan  et Encelade) et pourquoi pas d’autres corps glacés de la ceinture de Kuiper. Charon lui-même, le plus gros satellite de Pluton pourrait être aussi un bon candidat.

Représentation d'artiste de la surface glacée de Pluton -ESO, L

Représentation d'artiste de la surface glacée de Pluton - Source : ESO, L. Calçada

Il suffira à la sonde New Horizons d’observer des indices à la surface de la planète naine qui laisserait penser qu’il existe de l’eau liquide sous la surface glacée un peu comme sur Encelade par exemple où l’on a observé des projections de matière (on pense qu’il s’agit de cryovolcans c’est à dire des geysers expulsant de l’eau glacée et de la vapeur d’eau) et des crevasses caractéristiques surnommées « griffes du tigre » à la jonction desquelles l’eau pourrait être expulsée de la planète (peut-être dues à une tectonique de plaques glacées). Tout cela est encore hypothétique bien entendu.

Jets de matière sur Encelade - NASA_JPL_Space Science Institute

Jets de matière sur Encelade - Source : NASA, JPL, Space Science Institute

Rayures de tigre sur Encelade - NASA_JPL_Space Science Institute

Griffes du tigre sur Encelade - Source : NASA, JPL, Space Science Institute

La sonde New Horizons ne s’attardera pas sur Pluton car elle est sensée étudier d’autres objets dans la ceinture de Kuiper (objets au-delà de Neptune dits transneptuniens).

Ceinture de kuiper - WilyD

Ceinture de Kuiper - Source : WilyD

On en saura un peu plus aussi sur les satellites de Pluton : Charon, Hydra (S/2005 P1), Nyx (S/2005 P2) et P4.

Pluton et ses satellites photographié par Hubble en 2005 - H

Pluton et ses satellites photographié par Hubble en 2005 - Source : H. Weaver (JHUAPL), A. Stern (SwRI) et le HST Pluto Companion Search Team

 

caruxan

…………………………………………

Sources :

http://astrobio.net/pressrelease/4413/evidence-for-complex-molecules-on-plutos-surface

http://www.astrobio.net/pressrelease/4199/dwarf-planet-mysteries-beckon-to-new-horizons

http://astrobio.net/exclusive/4343/plutos-hidden-ocean-

http://fr.wikipedia.org/wiki/New_Horizons

http://www.lecosmographe.com/blog/category/astronomie/systeme-solaire-exploration-spatiale/saturne/page/2/

…………………………………………..

© DISCLOSART 2011