Quand on s’intéresse à l’ufologie et tout ce qui a rapport aux extraterrestres, on éprouve une certaine frustration de se dire qu’au fond, soit les extraterrestres n’existent pas (ce que je doute fort), soit nous n’entreront jamais en contact avec eux, ou bien alors dans un futur très lointain.

En attendant, pour pallier à cette sensation de vivre dans un monde clos, certains auteurs, scénaristes et autres artistes imaginent pour nous à quoi peuvent ressembler ces extraterrestres et dans quelles sociétés ils évoluent.

On constate souvent que la frontière est parfois mince entre l’imagination et la réalité. C’est ce que vont vous démontrer les deux exemples ci-dessous :

LES SPHERES DE DYSON

Le physicien et mathématicien Freeman Dyson s’est bien inspiré du livre d’Olaf Stapledon intitulé « Créateur d’étoiles » (1937) pour élaborer toute sa théorie sur les sphères de Dyson bien qu’on ai jamais prouvé leur existence. Dyson a essayé de donner un réalité à ce qu’avait imaginé l’auteur du roman. Pour Dyson, ses sphères sont réalisables.

Les sphères de Dyson sont des mégastructures hypothétiques que pourraient construire des civilisations extraterrestres avancées afin de récupérer l’énergie de leur étoile de manière efficace.

Ci-dessous un exemple de sphère de Dyson en forme d’essai, imaginée par Dyson en 1966, qui en a calculé toutes les caractéristiques, en tout bon scientifique (à savoir 6 000 réflecteurs sur une orbite basse terrestre qui collecteraient 1% de l’énergie de l’étoile, selon les calculs de Dyson). L’ensemble serait stable selon Dyson et éviterait les collisions spatiales. On pourrait construire des habitations spatiales sur ces collecteurs solaires et même y vivre.

Essain de dyson

LES LUNES DE LA PLANETE TATOOINE

Notre deuxième exemple est la planète Tatooine du film « Star Wars », où Luke Sky Walker, lé héros, a vécu toute son enfance. La particularité de cette planète, dans le film, est d’avoir deux étoiles.

Tatooine

 

Et bien, cette planète, le télescope Kepler vient de la découvrir réellement, 34 ans après la sortie du film. Enfin presque, puisque cette planète à la taille de Saturne, est froide et gazeuse au contraire de Tatooine qui était une planète de type terrestre. Elle se nomme Kepler-16b et orbite autour de deux étoiles à 200 années lumières de la Terre comme le montre la vue d'artiste ci-dessous.

Kepler-16b

Même si certains diront que l’idée de Tatooine est le fruit des idées scientifiques à l'époque de la création du film. En tout cas, l’idée d’une planète circumbaire est bien née avant la découverte réelle de la première planète circumbinaire.

Les deux exemples cités ci-dessus peuvent nous laisser penser que notre imagination peut devenir réalité et cela peut s’appliquer d’autant plus lorsqu’il s’agit des extraterrestres, leur mode de vie, leurs pensées, leurs environnements. Si nous les concevons, ils peuvent peut-être exister quelque part dans notre galaxie.

Parmi tous les supports existants pour développer notre imaginaire (livres, films, musique, jeux vidéo), je pense que la bande dessinée reste le support le plus visionnaire de tous.

J’en profite ainsi pour vous présenter quelques bandes dessinées de science fiction, avec bien entendu des extraterrestres, que j’ai eu la chance de lire et qui m’ont toutes marqué de manière différente chacune :

CAMILO

Camilo_chapitre 1

©Paquet 2005 Sanchez/Jouvray

Camilo (publication : 2005 - éditeur : Paquet - scénariste : Olivier Jouvray - dessinateur : Jean-Jacques Sanchez), c’est l’histoire d’un seigneur de guerre extraterrestre qui doit lutter à la fois contre ses ennemis héréditaires les Charuun, une civilisation extraterrestre différente de la sienne, et rester sur ses gardes afin de garder son pouvoir sur son peuple, les Hamarkhis. C’est un seigneur cruel et sans pitié. Dans ce premier chapitre de la BD, Camilo veut en finir avec ses ennemis et les exterminer.

La particularité de cette bande dessinée est son dessin : les vaisseaux spatiaux, les habitations et les constructions ont des formes très organiques, ce qui en fait un monde au visuel étrange et peu familier. Nous sommes dans un monde féodale avec des seigneurs munis de technologie high-tech et menant des combats à l’échelle de l’univers. Ce mélange de monde féodal, de technologie ultrasophistiquée et d’environnement organique à tout va en font une BD vraiment originale.

A lire absolument. Une expérience visuelle esthétique.

ORBITAL

Orbital_chapitre 1

©Dupuis 2006 Pellé/Runberg

Orbital (publication : 2006 – éditeur :Dupuis - scénariste : Sylvain Runberg – dessinateur : Serge Pellé), c’est l’histoire de deux agents diplomatiques galactiques, Caleb et Mézoké qui ne sont pas de la même race. Caleb est humain et Mézoké est Sandjarr. Ils ont été choisis afin d’intégrer l’Office Diplomatique Intermondial, situé dans la station Orbital, dans une autre dimension, dont le but est de maintenir la paix entre toutes les espèces de la galaxie. Ils ont été chois car la Terre vient d’intégrer la Confédération galactique d’une part (ce qui n’est pas au goût de tout le monde car les humains ont une réputation d’êtres primitifs et dangereux), d’autre part la race de Mézoké et celle de Caleb étant en guerre, ce binôme est symbolique et sera peut-être gage d’une réconciliation entre les deux races. Les deux agents partent pour une première mission sur une lune nommée Senestam, satellite de la planète des Jävlode nommée Upsall. Sur cette lune, les humains exploitent illégalement des mines de Trélium, appartenant aux Jävlode. La tension monte entre les deux races.

La aussi, l’esthétique cette BD est au rendez-vous. Les dessins ont un effet « brouillon » très réussi et agréable. On observe une grande richesse dans la variété des différents visages d’aliens et des costumes des personnages. Les véhicules de transport et les vaisseaux spatiaux sont originaux et très design.

Concernant les Jävlode, on a là aussi affaire à une civilisation ultrasophistiquée et raffinée. Et cela est retranscrit dans leur architecture, leur mobilier et tous leurs équipements technologiques à la fois design et fonctionnels.

A lire absolument.

SILLAGE

Sillage_ chapitre 1

© Delcourt

Sillage (publication : 1998 - éditeur : Delcourt - scénariste : Jean-David Morvan – dessinateur : Philippe Buchet), c’est l’histoire d’un convoi multiracial de vaisseaux spatiaux, à la recherche de planètes à coloniser. L’héroïne de la BD, Nävis, voit sa planète envahie par les Hottards (faisant parti du convoi) qui vont la transformer totalement afin de l’adapter à leur biologie. Adieu les jungles et océans dont la planète est recouverte, car les Hottards préfèrent la fournaise des déserts. Nävis est la seule représentante humaine sur la planète. Elle recherchera par la suite ses origines. Un petit avant goût d’Avatar puisque le film est sortie bien plus tard.

Dans cette BD, nous entrons dans les complots politiques entre les différentes races extraterrestres. Tous utilisent la télépathie qui semble un mode de communication plutôt commun dans la galaxie. On est impressionnée par la grande variété des races extraterrestres présentées dans la BD. Certains sont immatériels, d’autres on un QI en dessous de la moyenne, d’autres encore supportent des températures mortelles pour un humain. Toutes les morphologies sont au rendez-vous : batraciennes, humanoïde bodybuildées, insectoïdes, etc.

Cette richesse dans les personnages contrebalance l’aspect un peu grossier et vague du dessin, selon moi.

A lire absolument.

caruxan

……………………………………

Sources :

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20110916.OBS0491/une-exoplanete-a-deux-soleils-une-vraie.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sphère_de_Dyson

http://www.scifi-universe.com/encyclopedie/bd/12982-camilo-chapitre-un.htm

http://www.bedetheque.com/album-54862-BD-Cicatrices.html

http://www.bedetheque.com/album-1163-BD-A-feu-et-a-cendres.html

...............................................

© DISCLOSART 2011