Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Cette maxime n’a jamais été aussi vraie quand elle s'applique à la recherche d’intelligence extraterrestre. Depuis cinquante ans, le programme SETI cherche en vain des signaux extraterrestres grâce aux ondes radio ultra haute fréquence. Pourtant, d’autres solutions sont proposées par la communauté scientifique. Certaines semblent originales, voire même efficaces.

Détection de la pollution lumineuse

Les astronomes Avi Loeb et Edwin Turner viennent de proposer une nouvelle méthode pour détecter l’existence de civilisations extraterrestres dans notre Système Solaire : partir à la chasse à la « pollution lumineuse ».

Cette proposition repose sur deux idées :

  • Le programme SETI n’a rien donné du fait même de l’objet de sa recherche : les ondes radio. Certains scientifiques en arrivent à la conclusion que la technologie s’appuyant sur les ondes radio est éphémère. Cela est d’ailleurs confirmé par le fait que, petit à petit, la puissance des ondes radio émises sur Terre diminue. Elles sont petit à petit remplacées par d’autres technologies telles que les fibres optiques.
  • La pollution lumineuse émise par les villes de la Terre est visible de l’espace depuis l’ISS, comme le montre la photo ci-dessous.

La Terre la nuit vue depuis l'ISS

Selon les chercheurs, on pourrait détecter une ville de la taille de Tokyo dans la Ceinture de Kuiper (voir la modélisation ci-dessous de la Ceinture de Kuiper), aux confins de notre Système Solaire.

Ceinture de Kuiper

Actuellement, nous ne disposons pas de télescopes capables de détecter cette pollution lumineuse. En 2020, cela sera possible avec les nouvelles générations de télescopes tel que E-ELT ( téléscope géant lancé par l'ESO avec ses 42 mètres de diamètre).

E-ELT

Techniquement, la méthode consiste à détecter l'excès de luminosité d'une planète lorsqu'elle est dans l'obscurité (comme pour la Lune. Voir photo ci-dessous). Cet excès de luminosité se mesure en comparant la luminosité calculée (sur la base de la luminosité connue de la planète lorsqu'elle est éclairée) à celle réellement mesurée. Si des villes éclairent cette planète la nuit, la luminosité mesurée ne devrait normalement pas être celle attendue.

 Demi croissant de lune

Ce programme se nomme OSETI. Nous pourrions ainsi passer du programme SETI au programme OSETI. Cela reviendrait à passer du domaine radio au domaine optique dans la recherche extraterrestre.

Détection d'activité minière sur des astéroïdes

Nous pourrions détecter la présence d’une civilisation extraterrestre avancée en détectant une activité minère sur des astéroïdes.

En effet, les ressources de notre planète commenceront normalement à manquer dans le futur et nous seront obligés d’exploiter les astéroïdes alentours.

Si nous détectons une activité minière sur des astéroïdes, alors cela peut être l’indice de la présence d’une civilisation extraterrestre avancée.

Extraction minière des astéoïdes

C’est ce qu’avancent les deux astronomes Duncan Forgan de l’Université d’Edinburgh et Martin Elvis du  « Harvard-Smithsonian Center for Astrophysic ».

D’après eux, trois indices indiquent la présence d'une activité minière dans une ceinture d’astéroïdes :

  1. Nous connaissons certains ratios d’éléments dans les ceintures d’astéroïdes. Si ces ratios n’existent plus, cela prouve qu’il se passe quelque chose ;
  2. Si nous sommes amenés à exploiter des astéroïdes, nous commencerons forcément par les plus gros. Cela aura pour effet de faire chuter le taux de gros astéroïdes. Si l’on observe une chute de la sorte, cela prouve qu’il se passe quelque chose ;
  3. Exploiter des astéroïdes induira la production de poussières qui retiendront la chaleur de l’étoile du système stellaire et généreront ainsi une signature thermique identifiable.

Si ces trois indices sont détectés en même temps, cela signifie qu’il y a de fortes probabilités de la présence d’une activité d’extraction minière sur ces astéroïdes.

Détection de signaux radio basse fréquence

Le « Low Frequency Array » (LOFAR - voir photo ci-dessous) constitue le plus grand radiotélescope du monde. Il a été inauguré en juin 2010.

Ce télescope international est constitué de 35 000 antennes connectées par fibres optiques et réparties sur 48 stations, dans cinq nations européennes. LOFAR a une aire d’observation supérieure à 1 km2. Les données de LOFAR seront traitées par un superordinateur nommé Blue Gene/P, situé à Groningue aux Pays-Bas. Cet interféromètre opère sur des longueurs d'ondes de 30 à 250 MHz (basses fréquences).

LOFAR

Il sera capable d’observer plusieurs directions instantanément. Ses champs d’études seront variés : la formation des premières étoiles et des premiers trous noirs de l'Univers, les galaxies, les amas et grandes structures, le champ magnétique galactique, la cartographie profonde du ciel radio, la détection des rayons cosmiques, etc.

Une autre application de LOFAR pourrait bien entendu être la recherche de signaux d’intelligence extraterrestre. Après l’échec du programme SETI, basé sur des longueur dans les ultra hautes fréquences (par exemple le projet SETI@Home effectue ses recherche avec une fréquence de 1420 Mhz), il serait peut-être plus judicieux d’explorer ce nouveau champ observationnel des basses fréquences.

Détection de signaux laser

L’utilisation du laser comme moyen de communication a été évoquée pour la première fois par les professeurs Schwartz et Townes en 1961, un an après l’invention du laser. Ils ont proposé la recherche de faisceaux d’ondes laser continues afin d’y détecter un signal de civilisation extraterrestre.

Le laser est beaucoup plus performant que les ondes hertziennes pour transmettre de grandes quantités d’information et en très peu de temps.

D’ailleurs, la NASA va expérimenter ce genre de communication en vue de ses futures missions. Ce projet se nomme le « Laser Communications Relay Demonstration » (LCRD). 

Alors qu’il fallait 90 min pour transmettre des images haute résolution de Mars, ce temps pourrait être ramené à 5 minutes.On pourrait même émettre en streaming des vidéos haute définition au-delà de la Lune. La vitesse de transfert théorique serait alors de 100 Mbps (12,5 Mo/s) et certains parlent même d’Internet ultra haut débit.

Cela implique la mise en place d’un système de communication optique constitué de satellites relais, lasers, miroirs, télescopes, stations au sol, etc (voir illustration ci-dessous).

laser communication

Détection des Sphères de Dyson

Une autre hypothèse, dans la recherche de civilisations extraterrestres, consiste à rechercher ce que l’on appelle des « sphères de Dyson ».

Le physicien et mathématicien Freeman Dyson a émis cette hypothèse un peu folle selon laquelle une civilisation extraterrestre arrive à un stade où elle a exploité toutes les ressources de son système stellaire. Elle est alors amenée à optimiser l’exploitation de l’énergie de son étoile. La meilleure façon d’y arriver consiste, selon Dyson, à entourer l’étoile d’une sphère creuse contenant l’étoile en son centre. La sphère récupère toute l’énergie de l’étoile. La civilisation pourrait évoluer et vivre à l’intérieur de ces sphères.

Sphère de Dyson

Ce confinement de l’étoile pourrait être détecté par l’émission de rayonnements infra rouges, détectables depuis la Terre, comme l’illustre la photo ci-dessous avec l’observation d’un disque de débris autour de l’étoile Véga.

Etoile Vega observée par le télescope Spitzer

Bien entendu, les rayonnements infrarouges peuvent apparaître de façon naturelle pour diverses raisons. Cependant, cet indicateur permettrait de sélectionner des étoiles à cibler dans une recherche de civilisation extraterrestre.

Cette idée n’est pas de Dyson lui-même. Dyson a concrétisé ce qui était décrit un roman de science-fiction d’Olaf Stapledon « Créateur d’étoiles », publié en 1937. L’idée n’est donc pas récente.

Freeman Dyson a publié son hypothèse dans un article de la revue Science, intitulé « Recherche sur les sources stellaires artificielles de rayonnements infrarouges », en 1960.

 Freeman Dyson

caruxan

........................................................................................

Sources

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/astronomie/d/extraterrestres-leurs-lampadaires-pourraient-trahir-leur-presence_34469/

http://www.popsci.com/technology/article/2011-03/find-intelligent-ets-first-look-signs-mining-distant-asteroid-belts

http://fr.wikipedia.org/wiki/LOFAR

http://www.insu.cnrs.fr/co/univers/observer-modeliser/observations-sol/la-station-francaise-du-radiotelescope-europeen-lofar-in

http://area51blog.wordpress.com/2011/02/12/le-radiotelescope-geant-lofar-observe-les-jets-des-quasars/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sphère_de_Dyson

http://www.coseti.org/introcoseti.htm

http://setileague.free.fr/general/chrono.php

http://www.nasa.gov/topics/technology/features/laser-comm.html

..........................................................

© DISCLOSART 2011